Découvrez le top 7 des poissons les plus moches de la planète

Vous êtes un passionné de la pêche ou tout simplement un curieux du monde aquatique ? Ça tombe bien, ici nous allons vous présenter une sélection des poissons les moins gracieux qui peuplent nos eaux. Cet article est conçu pour ceux qui souhaitent enrichir leur connaissances ou qui veulent surprendre leurs amis ou famille lors de leurs prochains repas. C’est parti !

Le Blobfish

Vous êtes-vous déjà demandé quel est le poisson le plus disgracieux des profondeurs marines? Le premier candidat de notre liste des 7 poissons les moins séduisants est un choix indiscutable : Le Blobfish. Arborant une singulière fusion molle entre les traits d’un humain et l’allure gélatineuse d’une méduse, ce spécimen peu appétissant habite dans les eaux abyssales de l’Australie et de la Tasmanie. Sa chair visqueuse, conçue pour résister aux pressions extrêmes des fosses océaniques, lui confère cette apparence déprimée et flasque qui fait trembler même les marins expérimentés.

Cependant, ne soyons pas trop hâtifs dans nos jugements! Cette créature n’a guère besoin d’être ravissante pour survivre dans son environnement hostile. Son corps gelatinoso-graisseux lui permet en effet de planer au-dessus du sol marin sans avoir à dépenser d’énergie pour se mouvoir – un véritable tour de force écologique! En dépit de son allure répugnante, c’est un poisson qui joue donc un rôle utile dans l’écosystème marin. Qui aurait imaginé que derrière cet air sombre se cachait une telle astuce naturelle ? C’est ainsi que nous terminons notre première présentation : celle du Blobfish, souverain incontestable des profondeurs…et champion des concours d’horreur !

Carpe commune

Après le Blobfish, nous arrivons à la deuxième place de notre classement avec la Carpe commune. Cette espèce aquatique d’eau douce est souvent perçue comme l’une des moins gracieuses du monde sous-marin. La Carpe commune se caractérise par une silhouette allongée et robuste, qui manque singulièrement d’élégance. Sa peau, parsemée d’écailles épaisses et rugueuses, arbore des nuances sombres oscillant entre le vert olive et le brun grisâtre, bien loin des teintes éclatantes que l’on peut observer chez certains autres poissons.

   Comment savoir quelle taille mon chien fera à l'âge adulte ?

Le visage de cette espèce n’est pas non plus séduisant : sa gueule large aux lèvres pulpeuses est dominée par deux paires de barbillons proéminents lui conférant un aspect peu harmonieux. Son alimentation omnivore en fait un véritable nettoyeur de fonds marins, se nourrissant principalement de vase et débris organiques. Un régime bien éloigné du menu raffiné que consomment les poissons exotiques ou marins.

Malgré son apparence qui peut ne pas être attrayante pour vous autres, garder à l’esprit que la carpe demeure un adversaire redoutable lorsque celle-ci se retrouve au bout de notre hameçon !

Poisson-vache cornu

Entrons maintenant dans le vaste océan de la laideur marine avec notre troisième spécimen, le Poisson-vache cornu. Scientifiquement appelé Lactoria cornuta, cet habitant marin est connu pour son apparence inhabituelle.

Il habite les eaux tropicales du Pacifique et de l’océan Indien, sa structure cubique et ses multiples protubérances garnies d’épines ne lui attribuent pas une beauté traditionnelle. Son visage étiré ressemblant à celui d’un bovin donne un aspect presque humoristique à cette créature alors que ses pointes acérées commandent respect. De plus, son épiderme rugueux aux nuances allant du jaune clair au marron renforce son allure ingrate, nous faisant négliger qu’il s’agit en premier lieu d’une entité vivante coexistant pacifiquement avec son milieu naturel. Un authentique trésor de la biodiversité…à sa manière !

  J'ai trouvé un bébé corbeau, que faire ?

L’anguille des sables

En quatrième position dans notre liste, l’Anguille des sables fait son apparition. Son nom scientifique est Myxine glutinosa et son apparence peut sembler perturbante pour certains. Un corps allongé, visqueux et une ressemblance frappante avec un ver de terre géant. Elle arbore une tête plate, des yeux minuscules à peine perceptibles et une bouche en entonnoir remplie de dents pointues. Une combinaison qui la rend peu attrayante pour beaucoup de pêcheurs.

crédit : eau-douce.re

Cette créature marine se défend en produisant une substance gluante lorsqu’elle se sent menacée, ajoutant à son caractère rébarbatif. Néanmoins, l’anguille des sables a un rôle essentiel dans l’écosystème marin : elle décompose les animaux morts au fond de l’eau. Si vous croisez ce poisson lors d’une partie de pêche, souvenez-vous que cet aspect répugnant cache une fonction considérable : c’est le nettoyeur des océans !

L’Esturgeon de l’Atlantique

Cette créature océanique, avec son corps allongé et ses cinq lignes de plaques osseuses, peut paraître assez effrayante pour certains. Son orifice ventral dépourvu de dents possède un aspect troublant qui n’est pas sans évoquer les films d’épouvante sous-marins. Sa peau gris-bleu et sa taille imposante – atteignant jusqu’à 5 mètres pour certains individus – peuvent en intimider plus d’un. Malgré ces caractéristiques qui peuvent sembler monstrueuses, il ne faut pas juger ce poisson uniquement sur son apparence : il est l’une des espèces les plus anciennes encore en vie et joue un rôle dans la préservation de nos écosystèmes marins.

  Mon chat vomit de la bile jaune : est-ce un signe d'alerte à surveiller ?

Le Chimaera Monstrosa

Chimaera Monstrosa, plus couramment dénommé chimère ou requin fantôme provient de la créature mythologique grecque en raison de son allure effrayante et sa similitude avec un requin spectral. Ce poisson des abysses au physique énigmatique présente une forme allongée et aplatie, des yeux larges et globuleux ainsi qu’une bouche curieusement située sous le corps. Il est également doté d’une queue svelte et élancée qui lui confère un air de serpent marin.

Toutefois, si l’apparence externe du Chimaera Monstrosa peut faire sourire certains, il ne faut pas se tromper : ils sont les souverains des fonds marins où ils se meuvent lentement à la recherche d’invertébrés benthiques qu’ils attrapent grâce à leurs dents plates. En définitive, ce poisson illustre parfaitement que la beauté est subjective et que même dans le monde sous-marin, tous les poissons ne sont pas destinés à être transformés en sirènes !

L’Ogcocephalus darwini

C’est un poisson qui ne remporte certainement pas de prix pour son esthétisme. Ce dernier est aussi surnommé “poisson-chauve-souris” de par sa tête large et aplatie qui lui confère une physique inhabituelle et peu attrayante. Sa teinte oscille entre le rougeâtre et le brun sombre, ce qui ne permet pas d’embellir davantage son apparence. Ses yeux globuleux tranchent avec son corps plat, ajoutant ainsi une dimension supplémentaire à sa bizarrerie. Ce spécimen peu commun réside principalement dans les eaux profondes au large des Galapagos. Si vous êtes un pêcheur en quête d’exotisme, l’Ogcocephalus darwini pourrait bien être votre prochaine capture… ou votre prochain cauchemar marin !

Retour en haut