bien diffuser la chaleur de sa cheminée en automne hiver

Cheminée : 6 astuces pour optimiser la diffusion de la chaleur chez vous

De nombreuses personnes optent pour l’installation d’une cheminée ou d’un poêle à bois dans l’espoir de se chauffer sans recourir aux systèmes de chauffage classiques durant l’hiver. Avec les hausses des coûts du gaz et de l’électricité, toute alternative permettant de réduire les dépenses tout en conservant un certain confort et en préservant l’environnement est bienvenue. Cependant, avec l’arrivée du froid, cette solution, bien que souvent économique, ne garantit pas toujours une chaleur suffisante, rendant nécessaire d’utiliser quand même le chauffage. Alors, comment chauffer efficacement son logement sans chauffage et mieux répartir la chaleur de la cheminée ou du poêle ? Voici quelques conseils pour diffuser la chaleur de manière homogène.

1) Fermer les rideaux

Parfois, les astuces les plus simples sont les plus efficaces. Si vous n’avez pas encore pris cette habitude, veillez à fermer les rideaux pour empêcher la chaleur de s’échapper vers l’extérieur et la rediriger vers l’intérieur. En outre, les rideaux, surtout ceux à isolation thermique, ajoutent une couche d’isolation supplémentaire, contribuant ainsi à maintenir une chaleur confortable à l’intérieur. Faites aussi attention aux portes, à la décoration et aux meubles, qui ne doivent pas entraver la circulation de la chaleur.

2) Ajouter une plaque pour mieux diffuser la chaleur de la cheminée

Il existe des plaques en fonte ou en céramique à placer devant ou à l’arrière du foyer. Ces plaques chauffent au contact du feu, augmentant ainsi la dispersion de la chaleur pour obtenir une diffusion optimale. En magasin de bricolage, ces plaques sont disponibles en versions neutres ou décoratives, ce qui permet aussi d’embellir votre cheminée.

Lire aussi :
Comprendre la deuxième position à la commission d’attribution HLM

3) Ne pas oublier le récupérateur de chaleur

Le récupérateur de chaleur, que l’on trouve également en magasin de bricolage, peut augmenter jusqu’à 40 % le rendement de votre cheminée. Cet appareil fonctionne comme une sorte de ventilateur : il aspire l’air chaud pour le réintroduire dans la cheminée, augmentant ainsi la chaleur produite. Certains modèles à moteur, placés dans les combles, permettent de diffuser la chaleur dans plusieurs pièces. On trouve également des modèles à air ou à eau, et le choix dépendra de vos besoins : pour chauffer une seule pièce de vie, le modèle à air est suffisant, tandis que le modèle à eau est idéal pour chauffer tout le logement.

Il existe aussi un dispositif plus coûteux appelé répartiteur de chaleur, qui s’installe sur les systèmes de chauffage au bois comme les cheminées ou les poêles à pellets. Ce répartiteur accélère le réchauffement de la maison et peut réduire la consommation énergétique d’environ 25 %.

4) Privilégier l’insert si vous le pouvez

Opter pour un insert plutôt qu’une cheminée classique est une décision judicieuse. Bien que l’insert soit plus coûteux à l’achat et à l’installation, il offre un rendement supérieur de 80 % par rapport à une cheminée traditionnelle. De plus, il peut être installé dans une cheminée existante en la fermant pour limiter les pertes de chaleur et améliorer la diffusion de la chaleur dans la pièce, particulièrement dans les grands espaces comme un salon-salle à manger.

Il est crucial de bien choisir l’emplacement de votre cheminée ou poêle pour optimiser la chaleur. Une pièce ouverte, sans portes ni cloisons empêchant la diffusion de la chaleur, est l’idéal pour garantir une chaleur homogène. Parlez-en avec votre constructeur pour choisir le meilleur emplacement.

Lire aussi :
Quel prix pour une capsule café ? Décryptage des coûts 

5) Bien choisir son combustible pour bien diffuser la chaleur de la cheminée

Que vous utilisiez une cheminée ou un poêle, il est crucial de sélectionner un combustible de qualité pour obtenir un rendement calorifique optimal. Autrement dit, la combustion doit produire le plus de chaleur possible.

Par exemple, si certains bois sont à éviter en raison de substances toxiques ou parce qu’ils encrassent les conduits, vous pouvez choisir des bois durs comme le chêne, le hêtre ou le charme. Ces bois, ayant une densité élevée et brûlant lentement, offrent une chaleur plus durable. Assurez-vous également que le bois soit bien sec, avec un taux d’humidité inférieur à 20 %, car le bois humide réduit l’efficacité énergétique. Si vous avez un poêle à granulés, optez pour des pellets de bonne qualité, de préférence certifiés, afin de garantir un rendement optimal.

6) Avoir une maison bien isolée et ventilée

Quel que soit le mode de chauffage choisi (chauffage au sol, radiateurs, cheminée…), une maison bien isolée sera toujours plus confortable à chauffer et plus agréable à vivre pendant les mois d’hiver. Il est essentiel de vérifier et isoler les ouvertures, notamment les fenêtres et les portes, pour prévenir les pertes de chaleur qui sapent les efforts de chauffage (et le porte-monnaie !).

Une bonne ventilation est également cruciale pour assurer une circulation adéquate de l’air, éviter la stagnation de l’humidité et réduire ainsi les pertes énergétiques. Privilégiez un système de ventilation mécanique contrôlée (VMC), de préférence à double flux car il comprend un récupérateur de chaleur qui la redistribue uniformément dans le logement. Pour les petits budgets, une VMC simple à débit hygroréglable peut adapter automatiquement le flux d’air selon le taux d’humidité de l’air.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *