Lucas Martin : Voyages et bien-être animal – Interview pour Epershand 

Nous avons eu le plaisir de pouvoir discuter avec M. Lucas Martin, un comportementaliste animalier résidant près de la région de Bordeaux, qui nous a apporté une perspective unique sur la relation entre les voyages et le bien-être des animaux. Avec des années d’expérience dans l’étude du comportement animal, Lucas partage ses idées sur les effets des déplacements humains sur nos compagnons à quatre pattes et plus généralement sur la faune locale. Dans cette entrevue pour Epershand, il aborde des sujets tels que les voyages responsables avec les animaux de compagnie et l’impact du tourisme sur les écosystèmes naturels.

Epershand : Bonjour Lucas, pouvez-vous nous parler de votre parcours et de votre intérêt pour le comportement animalier ?

Lucas Martin : Je suis originaire de Bordeaux, j’ai toujours été fasciné par les animaux et leur interaction avec les humains. Après des années d’études en biologie et en éthologie, j’ai décidé de me spécialiser dans le comportement animalier. Ma passion m’a conduit à travailler avec diverses espèces, en me concentrant particulièrement sur la façon dont les animaux réagissent aux changements dans leur environnement causés par les activités humaines. Évidemment, je travaille aussi avec des propriétaires d’animaux et les aide à comprendre le comportement de leurs animaux à la maison. 

Epershand : Très bien merci pour ses explications, nous allons tout de suite passer à la première question. Pour vous, quels sont les principaux défis associés au voyage avec des animaux de compagnie ?

  Jeanne Delacroix : La cuisine méditerranéenne - En interview avec Epershand

Lucas Martin : Le voyage peut être stressant pour les animaux si on ne prend pas les précautions nécessaires. Les défis incluent la gestion de l’anxiété de séparation, le mal des transports, et l’adaptation à un nouvel environnement. Pour que tout cela se passe bien, vous devez préparer vos animaux de compagnie bien avant le voyage et maintenir autant que possible leur routine quotidienne.

Epershand : Et en ce qui concerne l’impact du tourisme sur la faune locale ?

Lucas Martin : Le tourisme a un double tranchant. D’un côté, il peut encourager la conservation et la protection des espèces locales par la sensibilisation. D’un autre côté, un tourisme non régulé peut perturber les habitats naturels, mettre en danger les espèces locales et propager des maladies. C’est d’ailleurs pour cela que les campagnes et villes qui reçoivent des vacanciers doivent impérativement promouvoir un tourisme respectueux de l’environnement.

Epershand : Pouvez-vous nous donner des conseils pour un tourisme plus respectueux des animaux ?

Lucas Martin : Absolument ! Premièrement, renseignez-vous sur la faune locale et les efforts de conservation avant de visiter une région. Évitez les attractions qui exploitent les animaux et choisissez des activités qui soutiennent la conservation. Enfin, gardez toujours une distance respectueuse avec les animaux sauvages pour éviter de les perturber et d’avoir potentiellement des problèmes avec certaines espèces qui peuvent être dangereuses.

Epershand : En ce qui concerne les habitants de la région, comment peuvent-ils contribuer au bien-être animal lors de leurs voyages ?

  Révolution Numérique : L'avenir de la technologie avec Chris A. Malachowsky

Lucas Martin : Les Bordelais, comme tous les voyageurs, peuvent choisir des options de voyage éco-responsables. Utiliser des services de garde d’animaux qui pratiquent des méthodes éthiques, opter pour des hébergements qui respectent l’environnement et minimiser leur empreinte carbone sont des étapes importantes.

Epershand : Quels sont les signes de stress chez les animaux de compagnie pendant les voyages et comment peut-on les apaiser ?

Lucas Martin : Les signes de stress peuvent inclure des comportements comme l’agitation, l’aboiement excessif, le halètement, ou le retrait. Pour apaiser un animal stressé, il faut leur fournir des jouets ou des couvertures familières qui peuvent leur donner un sentiment de sécurité avec une odeur qu’il reconnaitrons. Également, faire des pauses régulières lors de longs trajets pour leur permettre de se dégourdir et de se relaxer peut être très bénéfique.

Epershand : Comment les changements environnementaux liés au tourisme affectent-ils le comportement des espèces locales ?

Lucas Martin : Les modifications de l’environnement, comme la construction de nouveaux logements ou l’augmentation du trafic, peuvent entraîner des changements dans les schémas de migration, les habitudes alimentaires et même les comportements reproductifs des espèces locales. Nous devons surveiller ces impacts pour adapter les pratiques touristiques afin de minimiser les perturbations.

Epershand : Y a-t-il des initiatives locales à Bordeaux ou dans les régions environnantes qui travaillent à la protection des animaux impactés par le tourisme?

  Joël Letoux : Dialogue avec la nature - Entretien avec Epershand

Lucas Martin : Oui bien sûr, quelques initiatives et associations à Bordeaux et dans ses environs se consacrent à la protection des espèces locales. Par exemple, il y a des programmes de conservation des zones humides qui sont cruciaux pour les oiseaux migrateurs. Ces efforts sont impératifs pour maintenir les écosystèmes locaux face à l’augmentation des activités touristiques.

Epershand : Pouvez-vous donner des exemples de comportements responsables que les touristes devraient adopter pour minimiser leur impact sur la faune locale lors de leurs visites dans des écosystèmes sensibles ?

Lucas Martin : Les touristes doivent toujours suivre les directives des zones protégées. La plupart du temps, ce sont des choses relativement simples comme rester sur les sentiers balisés et éviter de nourrir les animaux sauvages. De plus, utiliser des guides locaux informés peut aider à comprendre l’écosystème local et à observer les animaux sans les déranger.

Epershand : En tant qu’expert, quelle est votre vision pour l’avenir du tourisme en relation avec le bien-être animal ?

Lucas Martin : Mon espoir est que nous progressions vers un modèle de tourisme où le bien-être des animaux et la préservation de leur habitat sont au cœur des pratiques touristiques. Cela comprend l’éducation des touristes, l’investissement dans des pratiques durables et la collaboration entre les communautés locales, les gouvernements et les organisations non gouvernementales pour créer des expériences touristiques respectueuses des animaux et de l’environnement.

Retour en haut