Jeanne Delacroix : La cuisine méditerranéenne – En interview avec Epershand

Jeanne Delacroix qui travaille depuis quelques années maintenant dans un restaurant bordelais sur les quai, n’est pas seulement une jeune cheffe : c’est aussi une fervente ambassadrice de la culture méditerranéenne, passionnée par l’utilisation d’ingrédients locaux et le partage de ses connaissances culinaires pour rapprocher les gens. Dans cet entretien exclusif avec Epershand, Jeanne discute de l’impact culturel de la cuisine et de son engagement envers la durabilité en nous donnant son avis.

Epershand : Bonjour Jeanne, pouvez-vous nous expliquer ce qui vous a poussé à vous spécialiser dans la cuisine méditerranéenne ?

Jeanne Delacroix : Ma grand-mère a toujours cuisiné ces produits quand j’étais petite, ça m’a toujours donné envie. J’ai été fascinée par la façon dont elle utilisait la cuisine méditerranéenne avec les produits de la mer et de la terre d’une manière qui célèbre non seulement les saveurs mais aussi les saisons. C’est une cuisine qui raconte des histoires, des histoires de familles, de cultures et de traditions qui traversent les âges et je pense que c’est un peu grâce à elle que j’ai eu cette envie de spécialité. Elle me demandait souvent de l’aider et je prenais du plaisir à le faire. 

Epershand : Quelle importance accordez-vous à l’utilisation d’ingrédients locaux et durables dans vos plats ?

Jeanne Delacroix : C’est indispensable pour moi. Utiliser des ingrédients locaux n’est pas seulement bon pour l’environnement, cela permet aussi de soutenir les économies locales et de garantir la fraîcheur des produits. Chaque ingrédient a son histoire, et utiliser des produits locaux permet de la raconter authentiquement surtout lorsqu’on travaille dans une ville en particulier et que l’on peut partager aux gens les saveurs de chez eux.

  Explorer et Protéger : La vision de Mara Dell chez National Geographic

Epershand : Pouvez-vous nous parler d’un plat qui vous est cher et qui symbolise cette connexion entre les cultures ?

Jeanne Delacroix : Avec plaisir et je dirais que la ratatouille est ce plat pour moi. Elle combine des légumes qui poussent abondamment autour de la Méditerranée et à des variations dans presque chaque région. C’est un plat humble mais extrêmement riche en goûts et en histoires. Toutes les familles connaissent ce plat mais chacun est fait différemment avec ses secrets de préparation propre à chaque cuisinier.

Epershand : Comment la cuisine peut-elle servir de pont entre différentes cultures ?

Jeanne Delacroix : La cuisine est un langage universel. Un plat peut raconter l’histoire d’un lieu, de ses gens et de ses traditions. En partageant notre cuisine, nous invitons les autres à découvrir notre culture et, à leur tour, à partager la leur. C’est un échange merveilleux qui enrichit tout le monde.

Epershand : Quels conseils donneriez-vous à quelqu’un qui souhaite explorer la cuisine méditerranéenne chez lui ?

Jeanne Delacroix : Commencez par des plats simples comme une salade grecque ou un taboulé. N’ayez pas peur d’utiliser des herbes et des épices. Et le plus important, essayez de trouver des ingrédients de la meilleure qualité possible, cela fera toute la différence.

  Révolution Numérique : L'avenir de la technologie avec Chris A. Malachowsky

Epershand : Quels sont les défis liés à la préservation des recettes traditionnelles tout en innovant en cuisine ?

Jeanne Delacroix : C’est toujours un équilibre délicat. Le défi est de respecter l’essence des recettes traditionnelles tout en les adaptant aux goûts contemporains et aux techniques modernes. Je trouve que comprendre l’origine et le sens de chaque plat avant de le modifier, pour s’assurer que l’innovation enrichit plutôt que de diluer la tradition est important.

Epershand : En tant que cheffe, comment intégrez-vous les préoccupations environnementales dans vos choix culinaires ?

Jeanne Delacroix : J’accorde une grande importance à la provenance des ingrédients. Je travaille directement avec des producteurs locaux et des pêcheurs qui pratiquent des méthodes durables. Je suis également attentive à réduire le gaspillage alimentaire dans ma cuisine en utilisant les ingrédients de manière créative et complète.

Epershand : La cuisine méditerranéenne est connue pour ses bienfaits santé. Pouvez-vous nous donner quelques conseils pour incorporer ces principes dans notre alimentation quotidienne ?

Jeanne Delacroix : Absolument. La cuisine méditerranéenne met l’accent sur les légumes, les fruits, les grains entiers, et les graisses saines comme l’huile d’olive. Intégrez plus de plats à base de plantes dans votre alimentation, utilisez des graisses saines et incorporez des herbes et des épices pour relever les saveurs sans ajouter de sel excessif.

  Joël Letoux : Dialogue avec la nature - Entretien avec Epershand

Epershand : Quel impact espérez-vous avoir sur vos clients et sur les jeunes chefs que vous formez ?

Jeanne Delacroix : J’espère inspirer mes clients et mes élèves à être curieux des autres cultures à travers la cuisine. Pour les jeunes chefs, je veux qu’ils prennent conscience de l’impact de leurs choix culinaires sur l’environnement et qu’ils soient des ambassadeurs de la durabilité. Mon objectif est de les encourager à poursuivre l’excellence tout en restant fidèles à leurs valeurs éthiques.

Epershand : Pour conclure et dans un sens plus général, quel est votre souhait pour l’avenir de la gastronomie mondiale ?

Jeanne Delacroix : Mon souhait est que nous continuions à explorer et à apprécier les cuisines de toutes les cultures, en respectant et en valorisant les pratiques durables. J’espère que nous pourrons tous apprendre les uns des autres et que notre table sera toujours un lieu de partage et de joie.

Retour en haut